Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mi'raj du Prophète Muhammad (saws) lors de la nuit du 27 du mois de Rajab. Miniature persane du 16ème siècle

Mi'raj du Prophète Muhammad (saws) lors de la nuit du 27 du mois de Rajab. Miniature persane du 16ème siècle

Le Voyage Nocturne et l'Ascension Céleste du Prophète (saws)

(An -1 de l'Hégire. Le Prophète (saws) était alors âgé de 53ans)


Le Prophète (saws) fit en une nuit le voyage de la Mecque à Jérusalem, puis monta jusqu'au Jujubier céleste :

Allâh a dit: « Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur [Muhammad], de la mosquée Al-Haram à la mosquée Al-Aqsa dont Nous avons béni les alentours, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. » (17/1).


Selon Anas ibn Mâlik, le Prophète a dit : « Al-Burâq » -une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait - me fut amenée. Je la montai et fus transporté à Jérusalem. Là-bas, je l'attachai à l'anneau destiné à l'usage des prophètes. Je pénétrai dans la mosquée où je pria deux rak'a [cycles de prières]. A ma sortie, Gabriel m'offrit deux récipients : l'un contenant du vin, l'autre du lait. Je choisis le lait ; et Gabriel me déclara alors que j'avais élu la voie primordiale. Porté par lui,je m'élevai jusqu'aux régions célestes. Gabriel demanda la permission d'y accéder.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit et je vis aussitôt Adam qui me souhaita la bienvenue et invoqua (Allâh) en ma faveur. Puis, je fus porté au second Ciel,Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit et je vis aussitôt les deux cousins maternels : Jésus ('Isa), le fils de Marie et Jean Baptiste, fils de Zacharie (qu'Allâh leur accorde Ses bénédictions) qui me souhaitèrent la bienvenue et le bien. Puis, je fus porté au troisième Ciel, et Gabriel demanda aussi la permission d'y pénétrer.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission?".
-"Oui".

On nous ouvrit et je trouvai aussitôt Joseph (Yûsuf) à qui a été assignée la moitié de la beauté humaine. Celui-ci me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au quatrième Ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel ",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit et je trouvai Enoch ('Idris) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Allah - à Lui la puissance et la gloire - dit à ce sujet: « Et Nous l'élevâmes à un haut rang ». Je fus alors porté au cinquième ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit et je trouvai Aaron (Hârûn) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus ensuite porté au sixième Ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit et je trouvai Moïse (Mûsa) qui me souhaita la bienvenue et le bien. Je fus porté enfin au septième Ciel et Gabriel demanda qu'on nous ouvrît.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit et je trouvai Abraham ('Ibrâhim), le dos appuyé contre la Maison Peuplée dans laquelle pénètrent journellement un nouveau groupe de soixante-dix mille Anges. Puis, il m'emmena vers« Sidrat al-Muntaha »(le Lotus de la limite extrême) dont les feuilles ressemblaient aux oreilles d'éléphants et les fruits étaient (grands) comme les cruches. Au moment où - par l'ordre d'Allâh - le lotus fut couvert de ce qui le couvrit, il se transforma et aucune des créatures d'Allâh ne pourrait décrire sa splendeur. Allâh me révéla alors ce qu'Il voulut, et prescrivit l'accomplissement de cinquante prièrespar jour. Je retournai voir Moïse (Mûsa) qui me demanda :

"Qu'est-ce qu'a prescrit le Seigneur à ta Communauté ?"
- "Une cinquantaine de prières", lui dis-je.
-"Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne supportera point cette prescription. Je connais bien les israélites ; je les avais mis à l'épreuve et je m'étais employé à les ramener sur la bonne voie".

Le Prophète poursuivit : Je retournai à mon Seigneur et je Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma Communauté. Il m'exauça en les amoindrissant de cinq prières.J'allai ensuite trouver Moïse (Mûsa) pour l'informer de la réduction des prières à cinq prières. Toutefois, il me répéta:"Retourne à ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne le supportera point". Je ne cessai alors de faire l'aller-retour entre mon Seigneur et Moïse (Mûsa) (que la paix soit sur lui) pour demander plus de réduction encore jusqu'à ce qu'Allâh me décréta : "Ô Muhammad ! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la fait pas, on lui inscrira une récompense à son actif ; s'il l'exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l'intention de perpétrer une mauvaise action et qu'il ne l'accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif ; si au contraire il l'accomplit, on lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action". Je redescendrai et arrivai auprès de Moïse pour l'informer de la chose, mais il me dit : "Retourne à ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction". "Je suis déjà retourné plusieurs fois à mon Seigneur, jusqu'à ce que j'aie trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande"répondis-je à Mûsa. (Mouslim n°234).

D'après Mâlik ibn Sa'sa'a, le Prophète a dit : Pendant que je me trouvais auprès de la Maison sacrée (la Ka'ba) dans un état intermédiaire entre le réveil et le sommeil, j'entendis quelqu'un appeler : "L'homme se trouvant entre les deux autres !" (ily avait, selon les commentateurs deux hommes à côté du Prophète). J'y répondis. On m'emmena et m'offrit ensuite un bassin d'or rempli de l'eau de Zamzam. On me fendit la poitrine d'ici jusque là. Un autre transmetteur, Qatâda, s'enquérit : "Et qu'a-t-il entendu par « d'ici jusque là » ?". "Jusqu'au bas-ventre", répliqua Anas. - On m'extraya le cœur, dit le Prophète, et après l'avoir lavé avec l'eau de Zamzam, on me le remit à sa place en le submergeant de foi et de sagesse. Puis, me fut amenée "Al-Burâq" - une monture blanche, plus grande qu'un âne et plus petite qu'une mule, qui se trouvait d'un bond où son regard s'arrêtait sur laquelle on me fit monter. Puis, je m'en allai avec Gabriel, jusqu'à atteindre le Ciel le plus proche où il demanda qu'on nous ouvrît.

-"Qui est-ce ?", demanda-t-on.
- "C'est Gabriel",répondit-il.
- "Et qui t'accompagne ?"
- "C'est Muhammad".
- "A-t-il donc reçu la Mission ?"
-"Oui".

On nous ouvrit donc en disant : "Qu'il soit donc le bienvenu !Quelle heureuse arrivée que la sienne !". J'y trouvai alors Adam. Et le Prophète se mit à relater la suite des événements(déjà mentionnés dans le hadîth précédent) en disant qu'il avait rencontré au second Ciel, Jésus ('Isa) et Jean-Baptiste (Yahyâ) ; au troisième, Joseph (Yûsuf) ; au quatrième, Enoch ('Idris); et au cinquième, Aaron (Hârûn). Nous parvînmes enfin au sixième Ciel, continua le Prophète, là je vis Moïse (Mûsa) que je saluai. Et lui de me répondre : "Sois le bienvenu, frère et prophète vertueux!" A peine l'avais-je dépassé, qu'il se mit à pleurer."Pourquoi pleures-tu ?" lui demanda-t-on.

-"Ô Seigneur, répondit-il, ce jeune homme, vous l'avez envoyé après moi ; et pourtant une multitude de sa Communauté iront au Paradis, tandis que ceux qui y accéderont parmi ma Communauté seront moins nombreux".

Puis,nous montâmes au septième Ciel où je vis Abraham ('Ibrâhîm). Or, le Prophète raconta qu'il avait vu quatre fleuves : deux apparents et deux autres sous terre. "Ô Gabriel ! Quels sont donc ces fleuves ?" demanda-t-il.

L'Archange répondit : "Les deux fleuves souterrains sont du Paradis ;quant aux deux autres, ils sont le Nil et l'Euphrate". Le Prophète poursuivit son récit : Puis, on me montra la Maison Peuplée à son endroit sur laquelle j'interrogeai Gabriel qui me dit: "C'est la Maison Peuplée où chaque jour, soixante-dix mille Anges font la prière pour une seule fois dans leur vie". Ensuite, on m'apporta deux récipients : l'un contenant du vin et l'autre de lait. Je choisis celui-ci. "Vous y êtes ! Qu'Allâh te bénisse pour la faveur de ta Communauté ! Tu as opté pour la voie primordiale", constata Gabriel. Aussi, il me fut prescrit d'accomplir cinquante prières par jour..." Et le Prophète relata ce qui s'était passé à ce sujet. (Mouslim n°238). A son retour, le Prophète raconte cela à Qoraïch et les preuves qu'il leur apporte.

Oum Hâni' dit : "Le Prophète dormait chez nous la nuit où le miracle d'al-Isrâ' eut lieu. Je constatai son absence cette nuit là et je ne pus fermer l'œil de peur qu'un malheur ne lui soit arrivé. [A son retour], le Prophète m'expliqua :

"Gabriel vint me voir, il me prit par la main et nous sortîmes de la maison.Devant la porte, je trouvai une monture entre la mule et l'âne. Il me fit monter dessus et nous partîmes. Arrivés au Temple de Jérusalem, il me montra Abraham qui était de la même constitution que moi. Il me montra Moïse : il était basané et grand de taille avec des cheveux blancs, il ressemblait aux gens de Azd Shanu'ah (une tribu arabe). Il me montra Jésus, fils de Marie, il était blanc de teint avec un peu de rougeur. Il ressemblait à 'Urwah Ibn Mas'ûd Ath-Thaqafî. Il me montra aussi l'Imposteur [l'Antéchrist]. Borgne de l'œil droit, il ressemblait à Qutn Ibn 'Abd Al-'Uzzâ."

Puis il me dit : "Je veux sortir raconter tout ce que j'ai vu à Qoraïch." Je le retins par ses vêtements et lui dit : "Je t'en conjure, tu sais bien que ses gens te démentissent et je crains qu'il ne te fassent du mal !" Il libéra ses vêtements de ma main et sortit. Il alla les voir dans leur lieu de rencontres et leur raconta son récit. Mut'am Ibn 'Udayy se leva et lui dit : "Ô Muhammad, si tu étais aussi jeune que tu l'étais dans le temps, tu n'aurais pas dit une telle chose et ne serait pas resté impuni !"Un autre homme lui dit : "As-tu vu sur ton chemin des chameaux qui nous appartiennent à tel endroit ?" Le Prophète répondit: "Oui, ils ont égaré un chameau et sont actuellement à sa recherche." L'homme lui demanda : "As-tu vu le troupeau de mon cousin un tel ?" Le Prophète dit : "Oui, je l'ai croisé à tel endroit. Une chamelle rouge s'est cassé [un membre]. Ils avaient un récipient d'eau que j'ai bu." Ils lui demandèrent de donner le nombre de bêtes dans le troupeau et le nom des bergers. Il répondit qu'il n'y avait pas fait attention puis il tomba subitement en sommeil. Il vit le troupeau devant lui et compta les bêtes et prit connaissance des bergers qui étaient avec le troupeau. Quand il se réveilla, il leur donna le nombre de bêtes qui se trouvaient dans le troupeau et leur dit que les bergers était Ibn Abî Quhâfah et un tel et un tel. Il leur dit aussi que le troupeau allait rentrer à la Mecque le lendemain dans telle direction. Le lendemain, ils attendirent à l'endroit indiqué et virent les chameaux arriver. Ils les interrogèrent et purent vérifier qu'un chameau s'était bien égaré. Ils interrogèrent le deuxième troupeau et vérifièrent qu'une chamelle rouge s'était cassé un membre. Ils les interrogèrent à propos du récipient d'eau. Abû Bakr Ibn Abî Quhâfah qui accompagnait le troupeau répondit qu'ils avaient bien un récipient et qu'il l'avait remplit lui même et qu'il ne savait pas qui avait bien pu la boire. Quand Abû Bakr prit connaissance de toute l'histoire il donna foi au Prophète et cru ce qu'il avait relaté. C'est depuis ce moment là qu'il fut qualifié de As-Siddîq (celui qui croit).

Selon Abû Hurayra, l'Envoyé d'Allâh a dit : Je me vis (en songe) dans l'enceinte de la Ka'ba, pendant que les Quraychites me questionnaient sur mon Voyage Nocturne. Ceux-ci m'interrogèrent alors sur des détails concernant le Temple de Jérusalem que je n'avais pas retenus ; ce qui me causa une affliction qui me fut inconnue jusqu'alors. Le Prophète ajouta: "Allâh fit alors apparaître le monument à ma vue, et ainsi je pus répondre à toutes leurs questions". (Mouslim n°251).

Tag(s) : #Autres