Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo : Dirham en argent, datant de l’an 740 environ, avec dessus la sourate Al-Ikhlas.

Photo : Dirham en argent, datant de l’an 740 environ, avec dessus la sourate Al-Ikhlas.

 

Il ne faut d'ailleurs pas confondre un symbole avec une simple allégorie ni essayer d'y voir l'expression de quelque inconscient collectif, obscur et irrationnel. Le véritable symbolisme repose sur le fait que des choses qui peuvent être différente dans le temps, l'espace, leur nature matérielle et bien d'autres caractères, peuvent cependant posséder et manifester la même qualité essentielle. Elles apparaissent alors comme les différents reflets, les diverses manifestations ou productions d'une même réalités, en elle-même indépendante de l'espace et du temps. Ainsi, il n'est pas tout à fait juste de dire que l'or représente le soleil et l'argent, la lune ; il vaudrait mieux dire que les deux métaux nobles et les deux astres sont également symboles de deux mêmes réalités cosmiques ou divines.

Ainsi, la magie de l'or découle de sa nature sacrée ou de sa perfection qualitative, et seulement de façon secondaire, de sa valeur économique. Étant donné cette nature sacrée de l'or et de l'argent, l'obtention de ces métaux ne pouvait relever que d'une activité sacerdotale, de même que la frappe des pièces d'or et d'argent était originellement le privilège exclusif de certains centres sacrés. Cela est en accord avec le fait que les procédés de métallurgie concernant l'or et l'argent, procédés conservés depuis les temps préhistoriques dans certaines sociétés dites primitives, présentent des signes abondants de leur origine sacerdotale.

[Titus Ibrahim Burckhardt – Alchimie, page 12.]

Tag(s) : #Titus Burckhardt