Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Patrick Geay - "La Doctrine initiatique du Pèlerinage" de Charles-André Gilis

[source : http://www.regle-abraham.com/francais/cptrendus/cptrendus1.htm ]

 

Charles-André GILIS, La Doctrine initiatique du Pèlerinage, Ed. Al- Bustane,1994.

IBN'ARABI, Les trente six attestations coraniques de l'Unité, traduction et présentation de Ch-A.GILIS, Ed. Al-Bustane, 1994.

Il faut saluer les Éditions Al-Bustane pour la réédition de ces deux publications essentielles de Ch-A.Gilis parues respectivement en 1982 et en 1984 aux Editions de I'Œuvre. Le premier constituait et constitue toujours une approche sans égale de la signification ésotérique des rites du Pèlerinage à La Mecque. Quant au second, publié tout d'abord sous le titre : Le Coran et la fonction d'Hermès, il s'agissait d'une présentation d'extraits du chap.198 des Futûhât al-Makkiyya (Les Illuminations de La Mecque ) d'Ibn Arabî, intitulé : "De la Connaissance du Souffle du Tout-Miséricordieux et de ses secrets". Nous ne ferons ici que donner un bref aperçu de ces deux ouvrages remarquables qui lors de leur première édition avaient presque été passés sous silence. La Doctrine initiatique du Pèlerinage s'appuie principalement sur les enseignements transmis par Ibn'Arabî, en particulier dans le chap.72 des Futuhat , mais aussi comme dans toutes les publications ultérieures de Ch-A.Gilis, sur les œuvres de R.Guénon et de M.Vâlsan. Véritable Omphalos, La Mecque représente, d'après cette étude, un symbole islamique de la Cité Divine mais aussi du centre de l'état humain à partir duquel l'accès au centre de l'Être total, représenté par Arafat, station ultime du Pèlerinage où la présence invisible et la bénédiction du "Roi divin du Monde" s'actualise une fois l'an, est rendu possible. A proprement parlé la Kaaba, édifice de pierre construit selon les proportions de l'architecture sacrée est le réceptacle de la Présence de Dieu sur la Terre et la Pierre Noire, enchâssée dans son angle Est, concentre plus spécialement ce que l'Islam désigne par la Droite d'Allâh. Ch-A.Gilis évoque par ailleurs de façon diachronique les différents états de la Kaaba, depuis le Paradis adamique en passant par la reconstruction de la Maison sacrée par Abraham et Ismaël puis enfin à l'époque du Prophète Muhammad. Aussi, bien que l'Islam représente la dernière révélation, manifestée par conséquent aux extrémités du cycle humain, le Pèlerinage apparaît comme une quête purificatrice permettant à ceux qui l'accomplissent la réintégration, au moins virtuelle, de l'état primordial, et au delà, la réalisation de la Proximité suprême. Sur bien d'autres points, cet ouvrage pourrait donner lieu à d'intéressantes recherches, en particulier sur le plan maçonnique, que nous ne manquerons pas d'entreprendre dans l'avenir.

Les trente six attestations coraniques de l'Unité désignent les versets du Coran dans lesquels l'Unité métaphysique (Tawhid) est affirmé. Ceux-ci sont suivis d'un commentaire d'Ibn'Arabî et de notes complémentaires de Ch-A.Gilis qui viennent élucider bien des passages difficiles. Comme pour le précédent, cet ouvrage d'une grande teneur doctrinale ne peut guère faire l'objet d'une présentation rapide. Aussi relèverons nous simplement quelques éléments importants. On notera en premier lieu le grand intérêt des corrélations établies par Ch-A.Gilis entre le nombre 360, le Quatrième ciel qui en Islam est celui du Soleil, gouverné par le Prophète Idris (Hénoch/Hermès), Pôle initiatique du monde, et l'Art Royal. Véritable centre des sept cieux planétaires, cette sphère du Soleil est aussi celle d'où procède la manifestation subtile symbolisée par le nombre 8 dont 36 est précisément le triangulaire. De ce fait, les trente-six attestations (Tâhll ) de l'Unité permettent de montrer comment cette dernière manifeste sa présence à travers l'ensemble des formes individuelles qui représentent ses propres déterminations au plan universel. En second lieu, il convient d'insister sur la relation, d'emblée soulignée par Ch-A.Gilis, entre la notion de Souffle du Tout Miséricordieux et celle de Verbe divin, ce qui rappelle le lien particulier qui unit le Christ à la Science des Lettres dont il est le détenteur. Il faut à ce propos redire ici que selon Ibn'Arabî, l'Existence toute entière n'est rien d'autre que les Paroles même d'Allâh, ce qui permet de comprendre le rapport existant entre le Souffle, la Parole, les Noms et Lettres qui composent cette Parole. Or, le Tout-Miséricordieux (arRahmân ) est en Islam le principe de la vie et celui qui maintient, souligne Ch-A.Gilis, par sa respiration l'Existence Universelle. Pour finir, le lecteur trouvera au terme de ce volume une annexe consacrée au Sceau hermétique du Soleil ou 'carré magique' de base 6, comprenant 36 cases. Sans dévoiler tous les aspects symboliques de ce carré, nous indiquerons au passage la forte cohérence des significations qu'il recouvre et en particulier, le fait que l'addition des nombres qui figurent dans les lignes horizontales, verticales, de même que dans les diagonales donne toujours la somme de 111 dont on sait les liens avec la fonction polaire. Sur plusieurs points ce texte dense doit être complété par la lecture d'un autre ouvrage de Ch-A.Gilis paru en 1993(Les sept Étendards du Califat) qui révèle notamment l'existence d'une relation privilégiée entre le nombre 515 et Idris/Hermès.

Patrick GEAY

 

Tag(s) : #Autres