Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Frithjof Schuon - Sur la Basmalah (fragment de Comprendre l'Islam)

La vie du Musulman est traversée de formules, comme la trame traverse la chaîne. La Basmalah, nous l’avons dit, inaugure et sanctifie toute entreprise, elle ritualise les actes réguliers de la vie, tels les ablutions et les repas ; la formule « louange à Dieu » (el-hamdu lil Lah) les clôt en ramenant leur qualité positive à la Cause unique de toute qualité, et en « sublimant » de la sorte toute jouissance, afin que toute chose soit entreprise selon la grâce, effet terrestre de la Béatitude divine ; en ce sens, tout s’accomplit à titre de symbole de cette Béatitude (1). Ces deux formules marquent les deux phases de sacralisation et de désacralisation, le coagula et le solve ; la Basmalah évoque la Cause divine — donc la présence de Dieu — dans les choses transitoires, et le Hamd — la louange — dissout ces choses en quelque sorte, en les réduisant à leur Cause.

(1) Cf. la Bhagavadgîtâ : « Ainsi donc, ce que tu fais, ce que tu manges, ce que tu sacrifies, ce que tu donnes, ce que tu t’infliges ; ô fils de Kuntî, fais-m’en l’offrande. Tu seras dégagé du lien des œuvres, que leurs fruits soient bons ou mauvais ; et avec une âme toute à la sainte union, libre, tu viendras à moi » (IX, 27 et 28). — Selon une idée courante chez les Musul­mans, un repas pris sans la Basmalah est consommé en com­pagnie de Satan, et de même pour tout autre acte important.

 

[Frithjof Schuon - Comprendre l'Islam (Seuil)]

 

Tag(s) : #Frithjof Schuon